Tourisme : Et si le Sénégal devenait une nouvelle destination phare ?

La Casamance, qui est en plein essor sur le plan touristique, est idéalement située. Très en dessous des zones désertiques du Sahara et au nord des espaces équatoriaux de l’Afrique verte, la région se présente comme un écrin de verdure tempéré, parsemé de rivières, de mangroves et d’arbres fruitiers.

 

Rémi Bain-Thouverez | quotidiendutourisme.com

 

Commentaires (3)

This comment was minimized by the moderator on the site

Bel article, mais pourquoi aspirer à une autre clientèle que celle des "globetrotteurs". Ne serait-ce pas au risque de perdre ceux-là car non socio-compatibles avec le tourisme de masse, de grands groupes et le tourisme de luxe ? Le touriste qui vient déjà en Casamance (pas celui du Club) est "moins exigeant" en terme d'infrastructures, de niveaux de services et prêt à vivre les aléas du contexte local. Ses échanges avec la population ne sont pas de l'ordre du folklore orchestré mais du réel partage en prenant le temps de connaître, de goûter la culture. Les retombées économiques ont le mérite de profiter directement aux populations concernées et non pas à des groupes internationaux... Christophe Fullenwarth, ex PDG AMON Tourisme et Développement, retraité sac à dos et souvent en Casamance....

This comment was minimized by the moderator on the site

D'accord avec vous qu'il ne faut surtout pas négliger le segment de la clientèle "globe-trotteurs" qui profite bien à la communauté de base.

This comment was minimized by the moderator on the site

Que fait on par rapport à la déforestation sauvage en Casamance??? Renseignez vous auprès de Ali Aiddar ( association de l'Oceanium)

Aucun commentaire. Soyez le premier à en laisser un !

Ajouter un commentaire

  1. Commenter en invité
0 Caractères
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement

Suivez-nous sur