SAINT-LOUIS - Le secteur touristique bat de l’aile, les acteurs plongés dans le désarroi

Classée depuis très longtemps Patrimoine mondial de l'UNESCO, la région de Saint-Louis n'a jamais raté une occasion quelconque pour mettre en exergue ses divers atouts à travers surtout sa ville tricentenaire. Jadis, cette ville a énormément contribué à la promotion de la destination Sénégal en général et Saint-Louis en particulier avec ses nombreux sites touristiques et ses bâtiments historiques. À cela s'ajoute l'étroite collaboration existante entre la ville et le service régional du Tourisme, le Syndicat d'initiatives, les hôteliers et autres gérants de réceptifs, les responsables de l'Association Saint-Louis-Jazz, les guides touristiques, les restaurateurs, les transporteurs, les populations, les autorités administratives, locales et territoriales, entre autres, et qui vendent bien la destination Saint-Louis.


La ville de Saint-Louis accueille chaque année des milliers de touristes qui ont vu leur nombre diminuer au fil des temps. Mais aujourd'hui, avec l'avènement de la Covid19, ce secteur du tourisme bat de l'aile et les acteurs se retrouvent plongés dans le désarroi. Du Parc National des Oiseaux du Djoudj à la Réserve Spéciale de Faune de Gueumbeul en passant par le Parc de la Langue de Barbarie, entre autres sites touristiques dont regorge la région de Saint-Louis. Le Parc des oiseaux du Djoudj serait le troisième parc ornithologique du monde ; 3 millions d’oiseaux y transitent chaque année, dont 400 espèces différentes.

Englobant une partie du fleuve ainsi que des zones de savane boisée, le parc s’étend sur 16 000 ha. Ce qui constitue un véritable paradis pour les pélicans, flamants roses, hérons pourpre, aigrettes, cormorans et autres espèces. La capitale du Nord est riche d'atouts et de potentialités touristiques en plus aussi de ses nombreux édifices classés patrimoine mondial de l'UNESCO et qui contribuent depuis longtemps à vendre la destination Saint-Louis.

Le secteur est également riche d'activités touristiques intenses qui sont marquées dans la ville tricentenaire par des tours de l'Île des touristes en calèches et à bord de bus touristiques. Saint-Louis abrite aussi de nombreux événements qui drainent le plus souvent du monde. Il s'agit entre autres du Festival International de Jazz de Saint-Louis, du Festival Métissons, du Festival Duo Solo Danse, du Fanal de Ndar, du grand Rallye de Saint-Louis, des Régates ainsi que des grands événements religieux tels que le Magal des 2 Rakaas de Saint-Louis. S'agissant d'ailleurs du Festival International de Jazz de Saint-Louis, l'événement a souvent drainé des milliers de visiteurs qui communient beaucoup avec les populations dans la joie et l'allégresse avec les autorités administratives et municipales, les organisateurs des concerts In" et "Off", les artistes, à travers des ballets et des cocktails dînatoires pour promouvoir l'art culinaire des produits du terroir, entre autres. Des manifestations qui se déroulent dans une ambiance carnavalesque, marquées par une belle parade de jeunes filles souvent déguisée en signares, attirant, à travers leur habituelle démarche de pintade, l'attention du grand public. De leur côté également, les nombreux touristes et autres visiteurs profitent souvent de ces occasions pour admirer la chorégraphie majestueuse des faux lions, des danseuses et autres artistes de renom. Et la plupart du temps, ce sont des griots, des troubadours, des aèdes et autres communicateurs traditionnels de la capitale du Nord, qui agrémentent les festivités tenant en haleine les populations, les hôtes et autres invités. Tout se passe le plus souvent au niveau de la place mythique de la ville tricentenaire qu'est la Place Faidherbe et où règne une ambiance carnavalesque. Quant aux tours de l'Île en calèche ou en voiture, ils sont organisés dans le but de faire connaître aux touristes et autres visiteurs, la valeur historique, patrimoniale et culturelle de la ville de Saint-Louis. Ce qui constitue d'ailleurs l'un des produits phares du secteur touristique à Saint-Louis, une ville classée patrimoine mondial de l'UNESCO en 2000. Avec sa grande richesse qui intéresse beaucoup les touristes, la région de Saint-Louis reste l'une des zones touristiques les plus visitées du pays et se positionne comme un hub régional.

LES CONTRAINTES QUI PLOMBENT LE SECTEUR DU TOURISME DANS LA REGION

Les conraintes au développement du tourisme à Saint-Louis sont de divers ordres. Ils ont pour noms : déficit de lits au niveau des réceptifs hôteliers, lors des grands événements qu'abrite la région de Saint-Louis, tels que le festival de jazz, entre autres ; déficit de visibilité de la destination Saint-Louis sur les marchés émetteurs ; absence de liaison aérienne régulière ; problème de l'insalubrité dans les zones touristiques; dégradation de certaines voies d’accès secondaires reliant les sites touristiques de Djoudj, de l’hydrobase, de la Langue de Barbarie, et de l’île à Morphil située dans le département de Podor. Il s'y ajoute aussi la non disponibilité des cartes de guides, qui favorise les pratiques du guidage clandestin, la menace du produit de « découverte » liée à la mauvaise préservation du patrimoine bâti, et qui figurent en bonne place dans la liste de ces contraintes.

LES NOMBREUSES ATTENTES DES POPULATIONS DU NORD

La liste des attentes des populations par rapport au secteur du tourisme est loin d'être exhaustive. Nous pouvons en citer l’exécution du "Projet de redynamisation du tourisme culturel ou de découverte à Saint-Louis et à Gorée", sur financement du Budget Consolidé d’Investissement (Bci) 2016. Ce projet vise le développement d’une offre culturelle compétitive autour du patrimoine architectural et historique de la région Nord. Il convient aussi de revenir sur les enjeux et les perspectives du Programme de développement touristique de Saint-Louis et de sa région, financé par l’Agence Française de Développement (Afd) et qui vise à développer un tourisme durable axé sur la valorisation des patrimoines historiques, culturels et naturels de la région Nord. Il s'y ajoute aussi le Projet "Croissance et Compétitivité" financé par la Banque Mondiale et l’Afd, a retenu le Cluster Tourisme qui prévoit de "construire un centre de formation professionnelle pour l’emploi et la compétitivité". L’objectif est de mettre à niveau la formation et les filières existantes dans le domaine du tourisme et de l’hôtellerie, tout en créant de nouvelles compétences pour répondre aux nouveaux besoins. Le projet de rénovation et de mise aux normes de l’Aéroport de Saint-Louis, vise également le redimensionnement de l’infrastructure pour pouvoir accueillir de gros avions tels que les Boeings.

CONSEQUENCES DE LA MALADIE A CORONAVIRUS DANS LA REGION

La pandémie de la Covid-19 n'a épargné aucun acteur du secteur du tourisme. Les guides touristiques et les vendeurs d’objets d’art, très impactés par cette crise sanitaire, vivent aujourd'hui dans le désarroi. " Ce métier ne nourrit pas son homme. Cela relève plus de la passion que de la tendance à s’enrichir. Il faut vraiment l’aimer pour pouvoir l’exercer. Nous ne sommes pas des salariés, nous gagnons notre vie en fonction de nos prestations. Il y a des périodes de hauts et de bas, d’expansion et de récession. Une situation qui a été accentuée par l'arrivée de la maladie à coronavirus. Cette pandémie est venue accentuer notre misère. Nous sommes dans le désarroi et nous sommes obligés de respecter les mesures d'état d'urgence", nous a confié un acteur du secteur touristique préférant garder l'anonymat. Selon lui, cette pandémie est venue semer le désordre dans les activités professionnelles de nombre d'acteurs. Et ce qui est plaisant chez ces guides touristiques, c’est de remarquer qu’ils sont dignes, braves, dynamiques et qu’ils ne sont pas prêts à se coucher ignominieusement aux pieds des autres pour avoir de quoi mettre sous la dent. "Ce métier peut être certes le plus dur, le plus ingrat, mais certainement le plus beau. C'est une mission divine, noble et exaltante, qui consiste à enrichir intellectuellement et culturellement ces milliers de touristes qui sollicitent leurs services lors de leurs séjours dans la capitale du Nord", a-t-il souligné.

FOCUS TOURISME A SAINT-LOUIS

Bachir Cissé, Président du Syndicat d'Initiatives de la Région de Saint-Louis, soutient pour sa part :"Malgré toutes les difficultés du secteur touristique, la destination Saint-Louis a connu une petite reprise entre le mois de décembre 2019 et février 2020 qui augurait d’une bonne saison. Cependant, comme partout au Sénégal et dans le monde, l’activité touristique est au point mort depuis le 18 mars 2020 avec la crise sanitaire causée par la pandémie de la Covid-19. Tous les réceptifs hôteliers qui n’ont pas été réquisitionnés par l’autorité administrative de la région pour servir de centres d'accueil des personnes contacts de malades du coronavirus, ont été obligés de fermer leurs portes en raison de la mesure d'état d'urgence. Plus de 1500 emplois directs sont aujourd’hui menacés et les Petites et moyennes entreprises, telles que les agences de voyages, les galeries, les commerçants indépendants sont particulièrement vulnérables. Les entreprises du secteur touristique seront sans doute privées d’activités durant plusieurs mois encore."

ACCOMPAGNEMENT DE L'ÉTAT AU SECTEUR DU TOURISME FACE A LA COVID-19

Heureusement que l'État est venu à la rescousse en mettant en place un fonds de crédit alloué au secteur du tourisme afin d'accompagner les acteurs, fortement impactés par la Covid-19. Ce fonds de crédit leur permettra de payer les charges fixes comportant les salaires, l'énergie, la téléphonie et la location. Cela permettra d’atténuer les effets négatifs de la Covid-19 durant un trimestre. Ce sont en tout 76 entreprises touristiques à bénéficier d’une enveloppe globale de 265 millions pour faire face aux charges fixes pour une durée de trois mois.

D’autres maillons de la chaîne de valeurs, notamment les guides, les artisans et les caléchiers bénéficient aussi de ce prêt du Crédit Hôtelier et Touristique. Ces crédits ont été accordés dans des conditions très avantageuses, car c'est des financements de 2 à 3,5% de taux d’intérêt sur une durée de 96 mois avec un différé de 24 mois. Mais aujourd'hui, avec l'allègement des mesures d'état d'urgence, l'espoir renaît petit à petit chez les acteurs du tourisme par rapport à un nouvel envol de ce secteur qui constitue l'un des moteurs de l'économie sénégalaise.

Yves TENDENG | sudonline.sn

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité.
0 Caractères
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation