RELANCE DU TOURISME : Des objectifs à rééchelonner

Avec la pandémie de la Covid-19, il y a lieu de craindre que les objectifs que le Sénégal s’était fixés de replacer le tourisme comme un des moteurs de son développement économique et social ne soient remis en cause. Même si du côté du Ministère du Tourisme et des Transports aériens, on préfère parler de « rééchelonnement des objectifs ». « Au départ, il fallait un plan de contingentement pour limiter la propagation.


De ce point de vue, se fondant sur ses expériences précédentes de gestion des crises, notre département a très vite mis en place un dispositif permettant d’observer et de faire observer les règles sanitaires prévues en la circonstance et nous les avons renforcées avec le concours du Ministère de la Santé, dans tous les établissements relevant de notre tutelle : établissements hôteliers, restaurants, aéroports, etc. », explique Mamadou Ndao, Conseiller technique n°1.

Autrement dit, le dispositif de soutien est venu pour atténuer les effets de la baisse voire de la cessation brutale d’activités. Par ailleurs, souligne M. Ndao, le Ministre Alioune Sarr a, dès le départ, opté pour un processus inclusif en mettant en place un comité de gestion regroupant les professionnels de l’administration publique et le secteur privé du tourisme et des transports aériens dans le but d’évaluer et de faire des projections dans le temps, d’élaborer un plan de résilience en perspective de la relance.

En application des mesures prises par le Président de la République dans le cadre de son Plan de résilience sociale (Pres), la décision a été arrêtée de réquisitionner certains hôtels pour y héberger des personnes mises en quarantaine. Une manière de permettre à ces hôteliers de maintenir leurs activités et leurs personnels. Moyennant quoi, il leur est proposé une prise en charge de ces pensionnaires à raison de 50.000 FCfa par personne et par nuitée.

D’importants efforts financiers pour « sauvegarder l’outil de production »

Pour aider, dans l’urgence, les acteurs à faire face aux nombreux besoins de financement du secteur, notamment en fonds de roulement, il a été mis en place un mécanisme de financement par un effet de levier en partenariat avec la Délégation à l’emploi rapide des jeunes et des femmes (Der) et la Banque nationale de développement économique (Bnde).

Ce qui a permis de porter le montant de 15 milliards de FCfa alloué au crédit hôtelier et touristique à 46 milliards de FCfa. Cela, en suivant une clé de répartition bien définie : une ligne de crédit d’un montant global de 5 milliards de FCfa pour les Très petites entreprises et micro-entreprises ; une ligne 6 milliards de FCfa en crédit pour compte de tiers gérée par la Bnde en prêt direct à un taux d’intérêt de 3,5 % toute taxe comprise avec un différé de deux ans et une maturité de huit ans pour répondre aux besoins en fonds de roulement des Pme et des grandes entreprises.

En outre, les Pme et les grandes entreprises pourront bénéficier d’une ligne complémentaire de 35 milliards de FCfa à la Bnde qui s’engage à effectuer par un effet de levier à X5 les 7 milliards de FCfa restants et qui serviront de garantie partielle de prêts. C’est sur cette base que le Ministre du Tourisme et des Transports aériens eu à organiser, le 19 mai 2020, la cérémonie de remise des chèques de la première phase de financement du crédit hôtelier et touristique. Mamadou Ndao estime qu’avec ce financement, « le Gouvernement du Sénégal vient de sauvegarder l’outil de production de l’industrie touristique et, par la même occasion, contribuer à préserver des milliers d’emplois ». Cet appui financier vise à permettre aux entreprises touristiques et hôtelières de payer leurs salariés et de prendre en charge les dépenses fixes incompressibles comme les factures d’eau, d’électricité, de téléphone et les frais d’entretien et de gardiennage.

3,7 milliards de FCfa à 169 entreprises, 225 guides touristiques et 84 artisans

169 entreprises, 225 guides touristiques et 84 artisans issus de l’ensemble des régions du Sénégal, exerçant dans des sites touristiques, ont reçu leur financement pour un montant global de plus de 3,7 milliards de FCfa. Dans les détails, il s’agit précisément de 98 établissements d’hébergement touristique (hôtels, campements, résidences, auberges, meublés, etc.) pour plus de 2,6 milliards de FCfa représentant 70,3% des financements ; de 50 agences de voyage et de transport touristique pour un montant de plus de 655 millions de FCfa, soit 17,5% des ressources allouées ; de 25 restaurants pour plus de 245 millions de FCfa, soit 6,6% des financements ; de 225 guides touristiques pour un total 112,5 millions de FCfa représentant 3,2% des financements ; de 84 artisans pour un montant de 42 millions de FCfa, soit 1,1% des financements ; d’une réserve naturelle touristique pour un montant de 47,3 millions de FCfa, soit 1,3% des ressources allouées.

« L’objectif de ces financements sous forme de prêt est, d’une part, de préserver les outils de production, de maintenir les emplois dans le secteur et, d’autre part, de préparer la relance de l’activité en dotant le secteur d’outils de production aux normes, contribuant ainsi à la compétitivité de la destination Sénégal », précise le Conseiller technique n°1 du ministre du Tourisme et des Transports aériens.

Elh. I. THIAM | lesoleil.sn

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité.
0 Caractères
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation